Journée internationale des sages-femmes : Si nous vous parlions de notre métier ?

5 mai 2017
femme enceinte

Nous sommes le 5 mai : journée internationale des sages-femmes. C’est donc pour moi l’occasion de vous parler du métier que j’ai choisi il y maintenant presque un an. Je pense que pour une grande majorité de personnes, la sage-femme est là pour aider les femmes à accoucher. Pour beaucoup ce métier se limite uniquement à ce rôle. Mais je dois vous avouer quelque chose: une sage-femme fait beaucoup plus. Cet article est l’occasion de partager avec vous les facettes moins connues de notre métier. Mais aussi l’occasion pour nous (étudiantes sages-femmes) de vous vous expliquer ce qui nous a poussé à nous lancer dans cette voie.

 

Un métier médical

Et oui, sage-femme est un métier médical au même titre qu’un médecin ou un chirurgien dentiste. Elle peut prescrire certains examens, médicaments ou faire la déclaration de grossesse.

Pour entrer en école de SF il faut être reçu en rang utile au concours de PACES (Première Année Commune aux études de Santé). A Nantes par exemple, pour notre promotion, il y avait 27 places. Ensuite les études en école de SF se font sur 4 ans avec au bout un diplôme d’état de Sage femme.

logo sage-femme

Même s’il s’agit d’un métier connoté comme étant un métier de femme, il y a 2% d’hommes. Nous avons d’ailleurs un homme dans notre promotion. Je suis toujours surprise quand des personnes sont étonnées qu’un homme exerce ce métier.  Je leur demande toujours s’ils sont autant étonnées de voir un homme gynécologue? Et souvent la réponse est non.  Est ce que dans l’inconscient collectif de la grossesse / l’accouchement est une affaire de femmes ?

Ce que l’on sait peu

A travers de nombreuses conversations autours de mon futur métier avec des amis, ma famille ou des gens que j’ai rencontré, je me suis rendue compte que plusieurs questions revenaient souvent, ou alors que certains aspects du métier était méconnus. J’ai donc eu envie de vous les partager sous différents points :

En général :

  • Maïeuticien (qui a l’art d’accoucher les femmes) est un synonyme du mot sage-femme
  • Pour un homme on utilise aussi Sage-femme. Et oui ça veut dire « qui a la connaissance des femmes ». Cette connaissance n’est donc pas réservée qu’aux femmes
  • Une sage-femme prescrit : il y a un liste des classes thérapeutiques qui peuvent être prescrit par une sage-femme

pilule

Suivi gynécologique

  • Vous pouvez effectuer votre suivi gynécologique annuel par une SF
  • Une SF peut réaliser un frottis cervico vaginal
  • Pose d’implants ou stérilets
  • Prescriptions de tous les moyens de contraception
  • Certaines SF peuvent avoir des diplômes universitaire en échographie, hypnose, acuponcture, ou encore homéopathie
  • En cas de désir de grossesse vous pouvez prendre rendez-vous avec votre (ou une) sage-femme pour échanger autours de votre désir d’enfant, vérifier vos vaccinations et vos sérologies ect.

Suivi de grossesse

  • Le suivi de toute la grossesse en dehors de toute pathologie. La SF réoriente vers un gynécologue obstétricien si besoin

elle réalise :

  • les cours de préparations à la naissance et à la parentalité
  • consultations post natal (après la naissance)
  • IVG médicamenteuses depuis juin 2016
  • certaines vaccinations pour la femme enceinte et son entourage (liste fixée par arrêté)

 

Voilà donc quelques informations qui pourraient vous être utiles en tant que femmes. Des copines avec des difficultés à obtenir un RDV avec leur gynécologue pour leur suivi annuel (parfois 6 mois de délai), étaient contentes d’apprendre que ce suivi pouvait tout à fait être réalisé par une SF. Toutes les SF ne font pas de suivi gynécologique donc n’hésitez pas à poser la question lors de la prise de RDV. Les consultations sont prises en charge par la sécurité sociale au même titre que lors d’un RDV chez le médecin traitant,elles sont au prix de 23euros (tarif conventionné), et la prise de RDV est plus rapide.

 

Notre vision de notre futur métier

  • Pourquoi ce métier ?

Quentin :  C’est un métier qui cumule à la fois de lourdes responsabilités, un fort engagement personnel, un métier profondément humain et un métier où on sera toujours amené à réfléchir et à chercher la meilleure solution par rapport à la situation et les personnes qui la composent.
Dans l’esprit collectif c’est le plus beau métier du monde et je ne peux qu’approuver.

Sixtine : J’ai choisi ce métier pour un tas de raisons mais une de mes motivations principales, était l’envie de vivre avec des couples des moments intenses dans leur vie.

Marion G : J’ai toujours été intéressé par la physiologie du corps, mais aussi par tous les changements que provoquent la grossesse. J’aime également l’idée d’aider les gens, de les accompagner d’autant plus dans cette étape importante de leurs vies. L’idée que mon futur métier me permettra, de partager la naissance d’un petit être avec des couples ou des femmes, au quotidien, est juste ce que je souhaitais faire.

Mélanie : Le métier de sage femme ne s’est pas directement imposé comme le métier de mes rêves. Alors oui, je l’ai choisi mais au cours de mon année de PACES. J’avais envie d’être gynécologue, ou pédiatre ou même urgentiste.  Ce qui me donnait envie c’était le caractère de l’urgence et la patientèle féminine ou jeune. Quand les résultats du concours sont tombés, je n’ai pas eu médecine mais j’avais sage femme. Aujourd’hui, en deuxième année je ne regrette pas du tout ce choix, et même je m’en réjouis. Je retrouve tout ce que je voulais dans ce métier et la formation étant très professionnalisante, on est vite au cœur du métier. Pour moi, le métier de sage femme est le parfait compromis entre un métier médical, un métier d’aide et d’accompagnement,  au meilleur moment de la vie d’un couple et d’une famille.

femme enceinte

Marine : Pour ma part c’est un peu difficile de me souvenir du moment où m’est venue l’idée d’être sage-femme. Je sais juste que c’est pendant l’enfance quand j’ai vu pour la première fois un bébé que ca m’a fait tilt. Depuis cette conviction ne m’a jamais quitté.

Johanna : J’ai choisi ce métier pour pouvoir participer au plus beau jour de la vie des parents. Evidemment ce n’est pas facile tous les jours. Aucun accouchement ne se ressemble, et certains accouchements sont plus difficiles que d’autres. C’est aussi ça le métier de SF : pouvoir accompagner le/les parent(s) dans ces moments là.

On en  apprend tous les jours et les possibilités d’évolution sont grandes. C’est un métier humain nécessitant de l’empathie, où les émotions sont très présentes, mais c’est cela qui rend ce métier l’un des plus beaux du monde.

Marion A : Dans un premier temps infirmière, j’ai fais le choix de passer le concours pour faire gynécologue obstétricienne ou sage-femme. J’adore la médecine, comprendre comment le corps fonctionne et me dire que je serai toujours en apprentissage (de nouvelles études médicales, nouveaux protocoles ect.). J’adore la pédiatrie et la néonatalogie mais il me manquait le côté obstétrical et gynécologique. J’avais aussi envie d’avoir plus de responsabilités sans pour autant perdre la côté « proximité » avec les patients qui me plaisait en tant qu’infirmière. Sage-femme est donc la réunion parfaite de toutes mes envies.

Julie : J’ai choisi de devenir sage-femme car je trouve que les femmes et leurs histoires sont passionnantes. Je voulais être à leur contact, les aider, les guider, et participer aux temps forts de leur vies. Pourquoi les femmes plus que les hommes je ne sais pas. Mais ce qui est sur, c’est qu’il y a quelque chose de passionnant et magique dans l’accompagnement d’une femme dans sa sexualité / sa contraception, dans sa grossesse / son accouchement, dans sa découverte ou non de la parentalité, ainsi que dans son développement en tant que mère. Il n’y pas que des moments joyeux et faciles, loin de là.  Mais je me dis souvent que c’est le seul métier que je pourrais faire toute ma vie. Et la perspective de l’exercer m’emplie de joie.

Nolwenn : La première chose qui me motive c’est bien-sûr le don de soi, amenez ses connaissances pour rendre la vie des mamans, des jeunes femmes, des papas, un peu plus sereine; de pouvoir être là dans les bons comme dans les mauvais moments, d’accompagner au mieux ces personnes dans ce moment qu’est la grossesse, la naissance et la parentalité…
Etre sage-femme c’est aussi partir travailler sans savoir ce qui nous attends, de nouveaux couples et de nouvelles histoires à chaque garde , et ça, c’est unique.

bébé

bébé

  • Notre place auprès des femmes et des couples

Quentin  sur sa place en tant qu’homme dans ce monde presque exclusivement féminin :  Il y a parfois une barrière. J’ai souvent besoin de prouver mes compétences avant d’être pleinement accepté.
Mais chez toutes les mamans qui m’ont fait confiance, elles m’ont dit ne pas l’avoir regretté.
ça peut être délicat mais j’aimerai que les gens me voient d’abord comme un sage-femme avant de me voir comme un homme.

Marion A. : On a une place privilégiée auprès des femmes et futurs parents, qui vont vivre le changement le plus important de leur vie : l’arrivée d’un enfant. On entre un peu dans leur intimité, dans leur vie. On doit donc avoir un rôle de proximité pour que les couples nous fassent suffisamment confiance pour confier, nous confier leur peurs, leurs questionnements. Mais aussi suffisamment de distance pour toujours être vigilants sur le déroulement de la grossesse et dépister toutes les difficultés. C’est une place vraiment à part que nous avons, au plus près de la naissance d’un nouvel être.

Marine : J’ai toujours été attiré par ce métier du fait des liens forts que l’on créer avec les patientes.  Nous vivons avec elles des moments inoubliables et fort en émotions.

Johanna : La SF a cette relation vraiment particulière pour la famille, c’est elle qui écoute, qui réconforte, qui aide, encourage. Les parents se souviennent souvent du prénom de la SF qui les a accompagner lors de l’accouchement.

Gaëlle : Moi je dirais que c’est pour accompagner et soutenir les mamans et les papas tout au long de la grossesse, de l’accouchement, et même encore après. J’aime l’image attentive et rassurante auprès des couples qu’ont les sages-femmes.

Pour plus d’informations sur le métier et la journée internationale des sages-femmes ici

J’espère que cet article axé sur mon futur métier vous a plu. Nous sommes heureuses d’avoir pu partager un peu de notre passion pour ce métier.

Quelle image de la sage-femme avez vous ?

N’hésitez pas à nous dire ce que ce métier représente pour vous, l’échange est l’essence même de ce blog ! 🙂

 

pieds bébé

 Source : photo Pixbay

 

 

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Lorena 1 septembre 2017 at 13 h 45 min
    C’est un bel article, j’ai beaucoup aimé le lire. Vous avez eu raison de l’écrire, car c’est l’un des nombreux métiers qu’il faut mettre en avant, selon moi. Bonne continuation à vous.
    • Reply ennarose 4 septembre 2017 at 11 h 49 min
      merci beaucoup à vous d’avoir pris le temps de lire ! 🙂 Marion
      • Reply Lorena 8 septembre 2017 at 5 h 47 min
        Tout le plaisir était pour moi 🙂
  • Reply Lady Zorro 7 mai 2017 at 0 h 18 min
    Hello ma belle 🙂

    Merci pour cet article et de nous dévoiler un peu plus de toi!

    Ayant accouché (seulement une fois hein lol), je peux te dire que je suis tombée sur des sages femmes très gentilles, mais d’autres beaucoup moins agréables…
    En revanche, j’ai vraiment eu un gros suivi, car j’avais des problèmes pendant ma grossesse, et j’ai senti que ces femmes étaient vraiment à l’écoute, et altruistes. Et c’est très agréable de se sentir en sécurité comme cela lorsque l’on est enceinte 🙂

    xx
    Sarah
    http://ladyzorro.fr

    • Reply ennarose 9 mai 2017 at 8 h 44 min
      c’est super d’avoir ton ressenti sur ton suivi de grossesse et ton accouchement !! 🙂 oui effectivement je pense que quand on souhaite devenir soignant c’est qu’on a envie d’être au contact de l’autre, de l’entendre et de l’accompagner. Après c’est comme partout j’ai envie de dire : il y a des gens doux et d’autres moins, des gens sympathiques et d’autres anti empathiques.. j’espère en tout cas que le positif a pris le pas sur le négatif ! 🙂 merci pour ton témoignage en tout cas ! 🙂
      Bisous
      Marion

    Leave a Reply

    Scroll Up